En 2023, l’agriculture durable est au cœur des préoccupations mondiales

Coucher de soleil sur un champ

L’agriculture se place en pole position des industries à l’échelle mondiale. Entre 1950 et 1960, elle s’est intensifiée dans l’optique d’offrir des rendements plus importants. Mais cette approche, en apparence bénéfique pour l’humanité, présente en fait des contreparties majeures. La pollution environnementale et l’épuisement des sols en sont quelques exemples. Aujourd’hui, l’agriculture durable tend à pallier les retombées négatives liées à une mauvaise gestion de notre environnement.

L’agriculture durable et l’environnement : deux notions indissociables 

Vous l’aurez compris, le principe dominant de l’agriculture durable se trouve dans la préservation de l’environnement. Le but étant de maintenir à la fois le patrimoine génétique des semences cultivées, l’écosystème naturel et plus encore, la biodiversité. Et en parlant de biodiversité, celle-ci se voit respectée grâce à un pari simple, mais efficace : miser davantage sur la variété des cultures au lieu d’opter pour les énormes monocultures de l’agriculture intensive. Par extension, elle, l’agriculture durable, permet de limiter drastiquement l’usage de pesticides chimiques et d’engrais. Son credo ? Privilégier des moyens biologiques qui produisent moins et mieux. Aux quatre coins du monde, ce type d’agriculture met un point d’honneur à réduire l’émission de gaz à effet de serre grâce à des circuits de distribution raccourcis. Dans cette perspective, vous pourrez commander vos équipements de travaux et d’entretien agricoles sur le site protecto.

A lire en complément : Agrivoltaïsme : quand l’agriculture participe à la transition énergétique

L’agriculture durable contribue aussi au bien-être des agriculteurs

Il est à noter que ce mode d’agriculture soutient les agriculteurs du monde entier et entend rémunérer leur travail à sa juste valeur. Enfin, soulignons qu’il leur permet de travailler dans de bien meilleures conditions qu’auparavant. Comment ? Tout simplement grâce à l’utilisation de produits non toxiques et en mettant fin à la surproduction

Un mode d’agriculture respectant un mode de production durable

L’humanité a pu, au cours des 70 dernières années, tirer leçon des multiples conséquences négatives de l’agriculture intensive. La mise en place d’une culture durable s’impose comme une évidence pour produire et consommer mieux. Il s’agit donc de réduire le gaspillage tout en rationnant les ressources, ce qui, par extension, facilite l’accès à la nourriture chez les plus démunis. L’agriculture durable est une réponse claire aux enjeux sociétaux de demain. Cette activité améliore la qualité des eaux et fertilise les sols de manière naturelle. Un pas de géant pour la préservation de notre planète. Cependant, elle devra faire ses preuves face à l’agriculture intensive. Bien qu’elle soit plus équitable pour l’environnement, il n’en est pas moins que ses rendements économiques sont loin de rivaliser avec son homologue industriel. Mais l’espoir n’est pas mort. De nombreux changements quant aux modes de consommations s’opèrent en France et dans le reste du monde, favorisant ainsi ce mode d’agriculture de plus en plus populaire et plébiscité. Ces dix dernières années, la tendance éco-responsable – éco-friendly a grandement fait parler d’elle. Ce courant a même, dans certaines structures, fini par s’imposer sur le plan législatif. Nous pensons donc que l’agriculture durable a un bel avenir devant elle, dans la mesure où la prise de conscience écologique reste la même qu’aujourd’hui ou continue de gagner du terrain.

Lire également : Quels sont les moyens technologiques pour suivre les troupeaux de chèvres ?